Retrouvez dans l'agenda tous les événements, les sorties, les manifestations qui font changer Chalon en développant plus de justice sociale, de partage, d'entraide, d'écologie, de féminisme, de droit des minorités, de culture.

Livre: Où atterrir ?

2 décembre @ 10h25

Photo de Bruno latour

Extraits presse

Comment s’orienter en politique

Cet essai voudrait relier trois phénomènes que les commentateurs ont déjà repérés mais dont ils ne voient pas toujours le lien — et par conséquent dont ils ne voient pas l’immense énergie politique qu’on pourrait tirer de leur rapprochement.
D’abord la « dérégulation » qui va donner au mot de « globalisation » un sens de plus en plus péjoratif ; ensuite, l’explosion de plus en plus vertigineuse des inégalités ; enfin, l’entreprise systématique pour nier l’existence de la mutation climatique.
L’hypothèse est qu’on ne comprend rien aux positions politiques depuis cinquante ans, si l’on ne donne pas une place centrale à la question du climat et à sa dénégation. Tout se passe en effet comme si une partie importante des classes dirigeantes était arrivée à la conclusion qu’il n’y aurait plus assez de place sur terre pour elles et pour le reste de ses habitants. C’est ce qui expliquerait l’explosion des inégalités, l’étendue des dérégulations, la critique de la mondialisation, et, surtout, le désir panique de revenir aux anciennes protections de l’État national.
Pour contrer une telle politique, il va falloir atterrir quelque part. D’où l’importance de savoir comment s’orienter. Et donc dessiner quelque chose comme une carte des positions imposées par ce nouveau paysage au sein duquel se redéfinissent non seulement les affects de la vie publique mais aussi ses enjeux.

C’est un réquisitoire cinglant. Le dernier essai de Bruno Latour s’appelle « Où atterrir ? ». Et dès les premières pages, le philosophe s’interroge sur l’étrange passivité de l’humanité devant le réchauffement climatique. Pourquoi cette impuissance ? Comment comprendre qu’un président américain puisse tirer gloire de son refus de ratifier les accords la COP21 ?
Ce genre de questions suscitent en général des réponses vagues : la faute au conformisme, à l’incompétence, etc. Latour ne tombe pas dans le piège. Avec précision, il désigne des responsables. Au lieu de sauver ce bien commun qu’est la planète, explique-t-il, une partie des élites a décidé d’abandonner le reste de l’humanité et de garder pour elle ses privilèges. Il écrit en toutes lettres : « Ces gens-là ont compris que, s’ils voulaient survivre à leur aise, il ne fallait plus faire semblant, même en rêve, de partager la terre avec le reste du monde. »
C’est un « J’accuse… ! » à l’échelle de la biosphère.

2017-10-12 – Eric Aeschimann – L’ObsTout se passe, dit Bruno Latour, comme si « une partie importante des classes dirigeantes (ce qu’on appelle aujourd’hui de façon trop vague les « élites ») » s’était résolue à l’idée qu’il n’y a plus à chercher un« horizon commun » pour tous les hommes, encore moins à construire un monde commun, et avait somme toute renoncé àdiriger, pour uniquement « se mettre à l’abri hors du monde ». D’où la désorientation générale. Pour savoir ce que signifie être entré« dans un Nouveau Régime climatique »– conditionnant tous les autres problèmes – Latour propose donc quelques cartes d’orientation, où pourraient être identifiées « certaines émotions politiques » nouvelles, d’autres affects, d’autres objets d’attention, et où d’autres enjeux pourraient être définis.

2017-10-14 – Robert Maggiori – Libération Le sociologue revient sur la nécessité de rapprocher des phénomènes : le choix de la dérégulation comme méthode politique, la montée vertigineuse des inégalités et la dénégation de la mutation climatique, le tout aboutissant à la fin d’un monde commun, à la perte d’une orientation commune géopolitique, et à un schisme occidental, séparant les États-Unis trumpistes qui refusent de négocier leur mode de vie avec le reste de l’Europe, plus prompt à s’interroger sur la mise en place d’un destin « terrestre » commun.

2017-10-27 – Cynthia Fleury – L’HumanitéC’est un ouvrage à la fois important, surprenant et inquiétant que le livre de philosophe Bruno Latour, avec Où atterrir ? Comment s’orienter en politique.

2017-12-01 – Joseph Confavreux – MediapartDepuis vingt ans, Bruno Latour tente divers remèdes pour guérir notre cécité quant au changement climatique. Il use là d’une « politique-fiction » à l’humour féroce et aux accents réalistes […].

2017-12-07 – Béatrice Bouniol – La CroixFace au réchauffement climatique, l’égoïsme des élites est sans limites, s’indigne le philosophe, qui appelle à renverser la vapeur. Objectif : repenser la Terre et mieux la partager.

2017-12-16 – Weronika Zarachowicz – TéléramaÀ ce propos, dans Où atterrir ? Bruno Latour s’intéresse à notre intelligence du déni, et même à notre science du déni.

2018-01-03 – Yann Diener – Charlie Hebdo

https://www.editionsladecouverte.fr/ou_atterrir_-9782707197009

Détails

Date:
2 décembre 2022
Heure :
10h25